Aujourd’hui, je vais mettre un coup de pieds dans la fourmilière. Si vous n’aimez pas être dérangé dans vos petites habitudes, si l’idée de changez de façon de penser vous pose problème, je vous invite très amicalement à quitter cette page.

Je souhaite m’adresser ici principalement aux femmes curieuses et qui acceptent l’idée que les choses qui semblent inscrites et gravées dans la roche puissent être fausses ou, pas tout à fait correct. A vous, je vous souhaite une très bonne lecture. 🙂 <3


Ah, Facebook. Ce lieu de retrouvailles, de discussions, de nouvelles rencontres, de disputes. Oui, Facebook est un lieu de vie. Qui aurait pu imaginer il y a 20 ans qu’autant de choses pourraient se passer en un seul endroit, sur le web ? Qui aurait pu imaginer qu’autant d’émotions se baladeraient librement sur un seul et unique endroit.

Parce que oui, il faut le dire. Il y en a des émotions sur Facebook. De tout type.

En grand observateur que je suis, je regarde parfois les échanges, les statuts, les commentaires, les réponses.

S’il y a bien un type de statut qui m’afflige clairement, ce sont les plaintes.  Vous savez ? Ces commentaires qui consistent à exprimer haut et fort ce qui ne va pas dans vos vies.

Non, les filles. Non, ça ne va pas ! Ce genre de comportement n’est absolument pas digne d’une femme. Une vraie. Je vous explique tout ça.

Mais alors que se passe-t-il ? Qu’est-ce qui vous pousse à vous mettre à adopter cette attitude. J’ai conscience que la plupart, pour ne pas dire la totalité des femmes qui agissent de cette manière n’ont pas conscience qu’elle valent mieux.

Nous allons alors creuser un peu et essayer de comprendre ce que recherche celles qui adoptent chaque jour, ce comportement et pourquoi ce n’est pas digne de vous, les femmes.


dangers-amour-internet

1.Je recherche de l’attention.

*Le syndrome de l’aspirateur de printemps.

Combien de fois avez-vous vu le statut le plus puissant de facebook. Celui qui vous menace de bientôt vous supprimer de sa liste d’ami(e)s. Il ressemble bien souvent à ça :

« Allez, je crois que je vais faire un peu de ménage dans mes contacts facebook là ! »

Pardonnez ma franchise mais je crois que c’est le statut le plus ridicule que l’homme ait pu créer.

En toute honnêteté, quel est le but, l’intérêt réel de prévenir nos contacts que l’on va peut-être le virer sous peu de notre liste d’ami(e)s ?

Non, franchement ? Si vraiment des contacts n’ont plus leur place selon nous, dans notre liste d’ami(e)s, alors rien de plus simple. Supprimons-le. Point. Il n’est pas du tout nécessaire d’alerter le monde entier que nous allons passer l’aspirateur à « mauvais ami(e)s Facebook. »

Et là, vous allez voir apparaître une quantité de messages tous plus étranges les uns que les autres :

« Oh, j’espère que moi non ?? »

« C’est vrai qu’on ne parle pas beaucoup nous deux sur Facebook, mais je te promets de faire des efforts;) »

« Tu as raison, vire-les tous ! »  (Je l’aime bien celui-ci)

« Moi aussi, tu me supprimes ? Je n’espère pas ! »

« J’ai fait mon petit ménage de printemps il y a quelques jours moi aussi. Ah ça fait du bien ! »

La liste peut être bien plus longue. Est-ce que quelqu’un comprends ce qui se passe ici ?

Dans un premier temps, l’auteur du statut s’est rendu compte qu’elle avait effectivement beaucoup trop d’ “ami(e)s” sur Facebook et que même pas 10% de ces personnes lui adressent la parole.

C’est vexant, n’est-ce pas ? Alors elle va sortir son arme. La menace de L’aspirateur.

En réalité, le vrai message, ressemblerait davantage à :

– Hey, pourquoi personne ne me parle sur Facebook ? Pourquoi si peu viennent liker mes belles photos ? J’en ai mis une il y trois jours. Elle ne comptabilise que 9 j’aime ! Vous vous foutez de moi ?! Je sais que vous l’avez tous vu cette photo !! Alors bordel, c’est quoi votre problème ?!!Vous ne me servez à rien ! Je vais tous vous supprimer !!! Toi aussi, et toi aussi !!

Et vous en avez quelques uns qui vont trembler et venir se jeter aux pieds de l’aspirateur :

« Non, ne m’aspire pas. Je suis gentil moi… »

C’est tout ce que cherchait l’auteur. Elle a reçu en 6 minutes la dose d’attention qu’elle aurait normalement reçue en 6 mois.

Bien entendu elle supprimera tout de même quelques personnes, mais toutes celles qui se seront jetées à ses pieds seront sauvées, cette fois-ci et jusqu’à la prochaine fois…

Mesdames, Mesdemoiselles, ne jouez pas la carte de l’aspirateur. Soyez plus classe. Si vous estimez que des personnes n’ont plus leur place à vos côtés, alors, tout en silence, supprimez-les.

Pas besoin d’alerter le monde.

Une question : Quand vous ajoutez une personne dans votre liste d’amis Facebook, est-ce que vous faites une annonce générale du style :

« Attention, aujourd’hui je vais ajouter du monde à mon profil. » ?

Évidemment que non. Et ça vous paraîtrait ridicule. Il en va de même dans l’autre sens.

*Le syndrome du « Nan, tkt »

Nous sommes toujours dans le chapitre dédié à la recherche d’attention. Et quand une personne en a besoin, elle peut user inconsciemment ou non du syndrome du « Nan, t’inquiète. »

En quoi consiste-t-il et comment fonctionne-t-il ?

Un statut tel que :

« Je suis tellement dégoûtée en ce moment… »

…est-ce que ça vous parle ?

Je suis certain que oui. Très souvent, une personne va y répondre quelque chose de similaire :

« Eh bien, ma chérie, qu’est-ce qui ne va pas ? »

Et attention, voici la réponse la plus drôle et dénuée de sens qu’il vous sera donné de lire sur facebook. (Quoi que…)

« Nan, rien t’inquiète… »

Alors j’ai une question. Pourquoi dire à 100 contacts Facebook que ça ne va pas si la réponse que vous allez donner donne l’impression que ce n’est pas si grave et que surtout, vous ne voulez pas en parler?

Bon ok, vous allez me dire qu’il est juste question ici d’exprimer une émotion et que c’est encore autorisé en France. C’est vrai. Mais il me semble que d’agir avec logique simplifie tellement les choses.

Est-ce que vous vous verriez dans la rue rencontrer un ami que vous n’avez pas vu depuis des mois et lors du premier échange :

– Hey, salut toi, tu vas bien??

– Oh écoute pas top en ce moment…

– Ah? Que ce passe-t-il?

– Non, rien de bien grave, ne t’inquiète pas…

Il y a de fortes chances que votre interlocuteur se demande ce qui ne tourne pas rond chez vous et décide d’écourter la rencontre…

Il en va de même sur Facebook. Le principe est le même. La seule différence réside dans le fait que tout est virtuel. Mais au final, les règles demeurent aussi logiques. Du moins elles le devraient.

Il existe aussi une seconde version tout aussi marrante dénuée de sens.

Je vous pose le décor :

« J’en ai ras le bol en ce moment, moi!!! »

« Hey, ma puce, qu’est-ce qui ne va pas ? »

« Viens en MP…» (Message privé)

Mais pourquoi??? Pourquoi commencer par parler d’un problème en public si c’est pour finir en privé?? Soit c’est réellement privé et dans ce cas ne commencez pas à en parler sur votre mur Facebook, soit il s’agit d’un sujet que vous voudriez partager avec vos contacts Facebook et dans ce cas, assumez le complètement.

Il ne s’agit pas ici d’adopter le comportement parfait. Il n’existe pas. Mais s’il vous plaît, les filles, celles qui ont un minimum de considération pour elle-même : ne jouez pas la carte du Je me plains et je recherche en réalité de l’attention sur Facebook. Ce n’est pas classe. Il y a mille et une autre façon de chercher et de recevoir de l’attention.

Le monde réel existe. Il y a des personnes dans ce vrai monde qui pourront vos donner ce dont vous avez besoin. Sortez plus, voyez du monde, aller voir vos ami(e)s, votre famille. Il y a des sites de rencontres, des sites et application de sorties entre femmes telle que «Sofizz.» CLIQUEZ ICI POUR DÉCOUVRIR CETTE SUPERBE APPLICATION.

Bref, les filles, ne vous rabaissez pas à déverser vos péripéties sur Facebook. Encore une fois, ça manque cruellement de classe. Votre vie privée, vos problèmes doivent rester au sein de votre cercle le plus proche. Vous savez tout comme moi que sur Facebook, il n’y a pas QUE les personnes les plus importantes de votre vie. Alors ce n’est tout simplement pas le meilleur endroit pour parler de ce qu’il y a en vous. Protégez votre vie privée et ayez plus de dignité, vraiment.

En réalité, le monde Facebook se fout royalement de savoir ce qui vous arrive. Le monde Facebook est juste curieux. Curieux de savoir en quoi votre vie est pire que la sienne.


729626-plutot-laisser-submerger-colere-pere

2.Je règle mes comptes sur mon statut Facebook.

Ah, les règlements de compte. Le far ouest. Beaucoup sont armées et prêtes à dégainer leur nouvelle arme. Non, il ne s’agit plus de l’aspirateur.

Voici le syndrome du « Tiens, c’est pour toi espèce de *&»#\ »

On aime larguer des bombes dans nos statuts. Lâcher des messages tellement subliminaux que tout le monde comprend qu’il vise une personne en particulier ou bien un groupe de personnes qui finiront obligatoirement par se reconnaitre. Oui! C’est l’objectif de ces statuts.

Viser une personne en particulier.

Faire en sorte que ça se voit, que tout le monde saisissent  .

Faire en sorte, bien entendu que la personne ciblée s’en rende compte.

Je souris toujours quand je lis ce type de statut. Je me pose toujours la même question.

Pourquoi elle n’appelle pas directement la personne concernée pour lui dire ses 4 vérités en face? POURQUOI?

Certains me répondront :

– Et bien parce qu’elle ne veut plus avoir affaire à la personne en question.

Et je réponds :

Si VRAIMENT elle ne souhaite plus avoir affaire à cette personne, pourquoi s’adresse-t-elle à cette dernière. Et en public pour clôturer le tout? Je crois qu’aujourd’hui tout le monde a un forfait téléphone illimité. Il est temps de s’en servir.

Décrochez-le et appelez cette personne, réglez vos comptes en privé. Personne n’a à savoir que vous êtes en conflit avec Pierre Paul Jacques. Ca ne regarde que vous et les personnes concernées.

Ayez plus de dignité, encore une fois, les filles. Soyez plus classe. Je considère que dévoiler une pseudo rancœur sur les réseaux sociaux manque totalement de maturité.

« La roue tourne. Tu te reconnaîtras.»

C’est le statut qu’avait posté l’un de mes contacts sur Facebook. Je trouve ce genre de statut inutile. Si l’objectif est de relâcher une émotion négative, allez faire du sport, allez courir, allez faire l’amour. Ces actions sont productives, positives et bonnes pour la santé. Mais surtout, elles vous permettront de réellement éjecter de vous toutes mauvaises émotions et se concentrer sur ce qui en vaut vraiment la peine.

Il y a un second point que j’aimerai voir avec vous.

La logique Facebook de certains.

Je discutais avec une amie il y a quelques mois. Elle me racontait qu’un groupe d’amis l’avait déçue au plus haut point. Ce groupe avait décidé pour je ne sais quelle raison, de la mettre de côté et de ne pas la prévenir d’une soirée à venir. Elle m’avait exprimé sa colère et sa tristesse.

Je pouvais complètement comprendre ses émotions. Rien de plus désagréable que de se sentir mis à l’écart d’un groupe de personnes.

Alors, après les avoir insulté de tous les noms, elle ajouta :

– Crois-moi que je leur ai dit ce que je pensais !! Et j’ai pas mâché mes mots !

Je fus ravi. Elle avait pour moi, eu une très bonne réaction. Je lui demandais en riant :

– La conversation a dû durer un bon bout de temps ?

Elle me fixa et ajouta :

– Non, non. Sur facebook !

– Sur facebook ?? Comment ça ?

– Eh bien, j’ai mis un statut Facebook du style « Vous m’avez tous déçue, tous des faux culs !! » .
Imaginez la tête que j’ai fais.

– Mais pourquoi as-tu débalé ça sur Facebook aux yeux de tous ?? lui demandais-je, effaré.

Elle me regarda et me répondit tout naturellement :

– Ca m’a fait du bien de tout lâcher là ! Et je sais que certains sont tombés dessus.

Les filles, j’aimerais vous poser une question.

Pour quelle raison choisir de conserver des personnes qui nous ont déçu dans nos contacts Facebook ? Quel est pour vous l’intérêt ?

J’ai envie de croire que ce style de personnes n’ont plus leur place dans votre vie. C’est ma vision. Peut-être radicale mais tellement efficace. Je crois qu’il faut sans cesse faire du tri et ne conserver que le meilleur dans sa vie. Il en va de même pour nos relations.

Une étude américaine nous apprend que notre entourage à 5 fois plus d’impact sur notre santé que la nourriture que nous mangeons tous les jours.

Vous n’avez ABSOLUMENT aucun intérêt à garder près de vous des personnes qui vous ont mis de côtés. Ces personnes méritent tout simplement de finir dans votre poubelle. Ne vous inquiétez pas, celle ci a un fond illimité.

Pour revenir à Facebook, il n’y a du coup plus aucune raison que ces personnes aient accès à votre vie, via vos photos, vos publications…

Que vous le vouliez ou non, votre Facebook, c’est un peu vous, votre vie.

Il n’y a rien de plus illogique et malsain que de garder dans vos contacts téléphoniques, Facebook ou réels des personnes qui ne comptent plus pour vous, qui vous ont déçu, qui vous ont trahi et qui ne vous respectent pas.

J’ai conscience qu’il est difficile parfois de mettre de côté des personnes avec qui on a passé du temps, beaucoup de temps. Des personnes avec qui on a de supers souvenirs en commun. Mais le souci c’est que vous pouvez avoir de très bons souvenirs avec la pire des crapules, avec la pire des hypocrites, avec la pire des monstres. Il est donc essentiel de savoir faire du nettoyage propre et efficace. Et bien entendu, vous l’avez compris : Pas de déclaration ridicule du genre :

« Attention, nettoyage de printemps…blablabla… »

Faites votre ménage en silence. Pas besoin d’attirer l’attention sur vous.

Ayez de la fierté, de la classe. La discrétion ; c’est classe. Faire du tri dans sa vie, c’est classe. Avoir du courage d’être entouré seulement de personnes qui vous méritent, c’est classe.

Réglez vos affaires discrètement et en privé puis, passez à autre chose. Ça c’est digne de vous.


sad

3. Je déverse ma tristesse dans mes statuts Facebook.

« J’en ai ras le bol en ce moment. »

« Fatigué de tout, pourquoi ça n’arrive qu’à moi ? »

« Pas le moral… »

« Tellement malheureuse, tellement triste… »

« Tout va de travers. De retour à la case départ. »

« Célibataire…encore…. Pourquoi les hommes me fuient tous?. »

«Besoin de solitude…»

STOP ! On va s’arrêter là.

Les filles, je n’aime pas vous voir triste, comme je n’aime pas voir ma future femme triste. Le jour où j’aurai une fille, je sais qu’elle aussi, parfois elle le sera. Mais une chose est sûre. Je lui expliquerai pourquoi il ne faut pas exposer ses douleurs personnelles, ses tristesses aux yeux du monde. Je lui expliquerai pourquoi les réseaux sociaux ne sont pas les endroits les plus appropriés pour déverser ses émotions. Je lui expliquerai pourquoi internet n’est pas un endroit privé et du coup où parler de ses émotions qui la tiraillent.

Parce que oui, je le sais. Quand on a mal, on a besoin de le dire. Ça fait du bien. On a besoin de l’extirper de nous, ce mal. L’expression orale, verbale ou écrite sont des façons de l’extirper.

Une fois la douleur exprimée on se sent mieux, légèrement plus… léger. Une fois l’émotion partagée avec d’autres, on a cette impression que ce point va s’estomper. C’est en partie vrai. En partie seulement. D’où l’utilité des psychologues.

Lorsque vous décidez d’exposer votre souffrance sur Facebook, ce n’est pas à un psy que vous parlez. Les personnes derrière leur écran ne sont pas payées pour vous écouter parler, pleurer. Ils n’ont pas non plus les compétences pour vous permettre de prendre du recul, vous analyser, vous permettre de tout considérer d’un autre œil…

En réalité, seul certains de vos vrais ami(e)s ont cette réelle envie de vous aider quand vous allez mal. Seule une petite partie des personnes qui vous aiment vraiment ont un réel désir de vous venir en aide.

Alors qu’en est-il des autres ?

Les autres se rassurent en voyant votre statut triste. Oui. Votre statut leur rappelle juste que leur vie n’est pas si mauvaise que ça. Qu’ils ne sont pas les seuls à galérer dans la vie. Ces autres, représentent dans la plupart des cas plus de 50% de vos contacts… Très souvent, ce chiffre est bien plus élevés.

Mais où donc est votre dignité dans tout ça ? A quel moment vous êtes vous  dit que vous aviez suffisamment de dignité pour ne pas exposer (encore une fois) votre vie privée aux yeux de tellement de personnes qui en réalité, n’en n’ont rien à faire ?

Je parle de ça ici car trop de femmes n’ont pas conscience (encore une fois) que Facebook n’est pas leur salon. Facebook est un outil fabuleux mais est aussi un grand marché où tout le monde papote,  débat, crie, pleure, rie, blague… Il y a du monde sur Facebook. Il y a du monde dans vos contacts.

Je ne parle pas ici du fait de Liker la photo du bébé de telle ou telle personne. Je parle de discussion réelle avec des mots, des phrases, des verbes…

La réponse à cette question vous dit tout sur la réelle relation et le lien que vous avez avec ces personnes que Facebook appelle « Amis ».

Non, ne partagez pas vos tristesses sur Facebook.

Vous verriez vous marcher dans un supermarché, une pancarte devant vous : « Je suis pas bien en ce moment ! » ?

Absurde, n’est-ce pas ?

Les clients du supermarché auraient au moins le mérite d’avoir des réactions logiques. Vous n’entendriez personne crier : J’AIME.

Et puis, soyons sincère: un j’aime sur un statut pareil, sur Facebook correspond à : « Ca m’embête, mais je ne sais pas quoi te dire alors je clique sur le pouce comme ça tu vois que j’ai lu et puis… pour le reste, démerde-toi. »

J’extrapole volontairement, mais je ne suis pas très loin de la réalité.

Je parle beaucoup de dignité car je trouve que c’est un élément qui disparaît. Arriver à offrir ses émotions, ses peines personnelles sans gêne à environ 150 personnes… Rien ne vous parait fou? Oui, mais alors que faire ? À qui parler si je vais mal ?

Parlez à de vraies personnes. En face à face, au téléphone, par mail, par sms, sur messenger, sur viber, sur Whatsapp, vous avez du choix. Mais n’exprimez plus ce qu’il a en vous et ce qui est privé sur votre mur. Ce n’est pas digne de vous.

Privilégiez les vrais rapports. Privilégiez les échanges avec des ami(e)s. Les vrais amis. Ceux en qui vous avez confiance. Vraiment confiance. Ceux qui savent vous écouter. Vous entendre. Et qui ne vous critiqueront pas. Qui ne se moqueront pas. Ceux qui ne se contenteraient pas de Liker votre émotion.

Vos émotions sont précieuses. Elles ont de la valeur. Elles sont à vous. Alors choisissez de les partager uniquement avec ceux qui le méritent, ceux qui les considèrent.

Ayez cette dignité qui consiste à dire : « Ma vie privée ne regarde que mes proches et moi. Je n’ai pas besoin de like sur un statut déprimant pour connaître le nombre de personnes qui s’intéresse à moi et à mes problèmes. »

250 Likes sur un statut du genre : « J’en ai ras le bol. » ne veut pas dire que 250 personnes s’inquiètent pour vous et vont vous aider à trouver une solution à vos soucis. Cela signifie juste que 230 personnes ont pris trois secondes pour lire votre statut et vous offrir un Like.

C’est tout. La seconde qui suit, ils auront oublié votre statut et seront en train de rire sur une vidéo de chats sur deux pattes.

Ayez conscience de ça.

En ce qui me concerne, quand je n’ai pas le moral, je me tourne vers ma fiancée. Je peux aussi me tourner vers mes parents, mes frères et sœurs. J’ai aussi l’option de mes amis que je compte sur les doigts d’ une seule main.

Les seules émotions personnelles négatives que je vais pouvoir partager sur Facebook seront celles liées aux actualités.

Rien de personnel. Jamais. J’estime que ma vie privée a plus de valeurs et ne vaut absolument pas 1 milliard de likes qui, dans un tel contexte, ne représentent rien.


pexels-photo-medium

4.Et si on postait des émotions positives?

Oui, je sais. Celle qui poste tous les jours des photos de son chat, de son homme, de ses enfants, en criant haut et fort qu’elle a la vie la plus parfaite au monde est… lourde. Très lourde. Elle force carrément tous ses contacts à boire ce que j’appelle du FakeStyle à longueur de journée. Oui, c’est insupportable.Je crois qu’il n’est pas indispensable de publier des pseudos publications de bonheur à outrance pour exprimer ce qui va bien dans notre vie.

Mais je crois aussi qu’il est cool de publier du contenu positif.

Alors quel est le juste milieu?

Je crois pour commencer qu’il y a d’autres choses à partager que des éléments de notre vie. Il y a de belles choses dans le monde entier. Le site PositivR, ici, en est un témoin fabuleux.

Des citations drôles, inspirantes. Des articles, de l’actualité joyeuse etc… Si vous êtes des artistes, publiez vos créations. Voici d’ailleurs ici l’une des œuvres d’une amie, Marjorie.

Fillette Marjobébé Marjo

Elle les publie pour le moment sur son profil personnel Facebook. Je publierai ici sa page Facebook quand elle l’aura crée. Allez ma belle, on l’attend tous ta page artiste !! 😉

D’ailleurs, si vous ne trouvez pas d’inspiration mais que vous aimeriez créer de belles choses vous aussi, voici un livre très joli mais surtout très utile de Sophie-Charlotte Chapman. « Réveillez votre créativité » Sur son blog « ma petite valisette », elle nous en parle.

Il y a tellement mieux à faire que de parler de soi dans nos statuts.

Mais si c’est plus fort que vous, si vous ressentez ce besoin irrésistible de parler de vous et bien allez-y. Faites vous plaisir. Partagez votre bonheur. Ceux qui vous aiment n’en seront que plus ravi.

Mais n’en devenez pas ennuyeuse et vantarde.

Alors pourquoi, selon moi, vaut-il mieux partager du contenu personnel positif que négatif?

Tout simplement parce que dans le premier cas, vous ne vous rabaissez pas. Vous conservez votre… DIGNITE. (Combien de fois ai-je employé ce mot dans cet article?)

Vous ne passerez pas pour celle qui passe son temps à raconter ses malheurs. (Et si vous vous appelez Sophie…)

Il me semble tellement avantageux de dire au monde; «Voici pourquoi tout va bien» au lieu de «Je vais mal et voici pourquoi je vais mal»

La seconde raison, c’est vous.

Plus vous racontez ce qui ne va pas, plus vous rendez cet ensemble concret, réel, palpable et indélébile. Il y a quelques jours, en écrivant cet article, j’ai décidé de me rendre sur la page d’une amie qui est une reine de la publication personnelle négative.

Une publication sur trois ressemblait à du « Trop ras le bol de….»

J’ai vraiment trouvé ça horrible de lire autant de contenu personnel négatif, sombre, râleur et par conséquence, non constructif.

Qu’y a t-il de constructif à relater sans cesse ce qui ne va pas dans votre vie, au monde?

Les moments négatifs de votre vie n’ont rien à faire sur facebook. Il n’y a aucune raison de les rendre immortels sur votre mur.

Les moments difficiles, les événements négatifs sont fait pour être dépassés, vaincu puis effacés.

Effacé ne veut pas dire oublié. Effacé signifie être mis de côté afin de vous permettre d’aller de l’avant, le sourire aux lèvres.

La vie est parfois vache avec nous alors ne collectionnons pas tous ses trophées. Ne gardons près de nous que nos réussites, nos moments joyeux. La vie aura bien d’autres occasions de nous mettre à l’épreuve.

J’ai dans ma vie des femmes qui jouent un rôle indispensable. Parmi elles, ma mère. Un jour elle m’a offert un livre format A4. Il me fallut quelques secondes pour comprendre ce que c’était. Il s’agissait d’un journal intime qui ne demandait qu’à être rempli.

Aujourd’hui, plusieurs centaines de pages ont subi ma plume. J’y parle de ma vie. Mes ressentis. Mes coups de colère, mes tristesses mais aussi mes moments de joies, de reconnaissances et de gratitudes.

Quand je m’y replonge, par moment, je souris. Ce livre c’est mon Book. Mon LemBook. Ce que j’ai envie ou besoin d’exprimer oralement, je le partage avec ma famille, mes amis….

J’ai décidé de parler de ma vie et de mes émotions personnelles uniquement aux personnes qui représentent tout à mes yeux. Ils sont peu, ne likent pas ce que je ressens mais me disent Je t’aime.

J’ai volontairement décidé de ne pas prendre de gants dans cet article. Mon objectif n’est pas de vous brosser dans le sens du poil mais de vous faire prendre conscience que vous n’avez pas besoin de délivrer vos émotions au monde. Vous valez tellement plus que ça!! Vous êtes tellement plus grandes que ça! Prenez de la hauteur!

Le monde se fout de votre vie. Ses likes et ses commentaires ne veulent pas dire le contraire. Vous passez surtout pour des femmes enfants à la recherche d’attention, de reconnaissance…

Bien évidemment, si vous êtes entourés de personnes partageant le même type de contenu personnel ou en recherche de reconnaissance, alors pas de problème. Vous serez dans la masse.

Mais si parmi vos contacts, certains on saisit le sens camouflé et psychologique de ce genre de publications alors vous passerez pour ce que vous n’avez pas envie de passer.

Je vois tellement d’éléments puissants en vous, les femmes, que j’aspire, à mon humble niveau, à ce que chaque femme de ce monde visent à être la meilleure version d’elle-même.

Soyez fières, soyez discrètes, soyez puissantes, soyez classes, soyez bonnes, soyez bienveillantes et bien entendu, soyez dignes.

Vous avez déjà tout ceci en vous.

Et vous de quelle manière exprimez vous vos émotions? Facebook? En privé? Dites nous tout en commentaire, ci-dessous.

Lémuel